Comprendre différents comportements grâce à des critères observables

22 Nov 2020

Avoir des clés pour comprendre les comportements tellement complexes de l’humain, les modéliser pour les  comprendre, pour avoir un peu de recul, et améliorer nos relations, c’est passionnant. Simplifier pour avoir un “mode d’emploi” et savoir quoi faire, surtout en face de comportements…pas si souhaitables 😅

Bien sûr l’objectif n’est jamais d’enfermer les personnes dans une case.

Et même si les “cases” sont un peu caricaturales, nos comportements sont le plus souvent tout en nuances.

Différents comportements

Quitte à simplifier, je vous propose une matrice qui pose les critères et les comportements qui en découlent

Les 4 critères : la franchise, la dissimulation, l’ouverture aux autres positive et réelle considération de l’autre, l’absence d’ouverture et de considération de l’autre

 

La franchise combinée à l’absence ou peu d’ouverture aux autres, peu de considération de leurs besoins donne l‘agressivité. Tu te sens attaqué.e (à tort ou à raison) et tu prends de la place, tu t’imposes en occupant l’espace physiquement, comme dans une guerre de territoire avec des grands gestes, le corps en avant, … et tu pousses les décibels. Tu parles fort, tu peux même aller jusqu’aux cris, « La meilleure défense c’est l’attaque”.

L’agressivité est aussi la marque d’un manque de confiance en soi. Impressionné.e, avec un sentiment d’infériorité, tu cherches à te grandir, comme les animaux dont la crinière se dresse ! Physiquement. Tu prends beaucoup de place, tu peux même utiliser l’humiliation pour rabaisser l’autre avec des insultes et des noms d’oiseaux et « paraître supérieur.e ».

Elle peut être l’expression de la colère, trop c’est trop ! Un besoin de remettre du cadre, de se faire respecter. Quand tu es excédé.e. Ça fait un moment que tu turbines et tu es à bout de patience. Elle peut aussi être l’expression de la rage liée à un grand sentiment d’impuissance. La différence entre les deux c’est que la colère est souvent vers l’extérieur et la rage vers l’intérieur. La rage ronge, comme un acide. Elle s’accompagne souvent d’un sentiment d’incompréhension.

Mais parfois c’est juste que tu débordes d’énergie. En tout cas ton énergie est tournée vers l’extérieur, elle est bien visible. Alors quand tu parles, c’est rythmé, avec un certain volume, des gestes clairs. On t’entend bien ! Et pour un introverti c’est beaucoup. Alors dès que tu hausse un peu plus le volume, hop… il se sent presque agressé ! Pourtant, c’est juste beaucoup d’énergie. Si tu es en plus énervé.e, ou particulièrement excité.e … là c’est carrément de l’agressivité pure pour lui.

 

 

La dissimulation et l’absence ou peu de considération pour l’autre donne la fuite ou l’évitement. Regarder ailleurs en espérant que demain ça ira mieux 🙄. Cela peut être le signe que j’ai peur, que je ne sais pas quoi faire alors je me mets en retrait. Parfois c’est juste que je ne suis pas intéressé.e, je n’ai pas envie de prendre parti, ou que je préfère attendre pour agir. Parfois je n’en ai vraiment rien à faire ! Ou je ne me sens pas légitime. Quelque chose reste caché, dissimulé. Ce que les autres perçoivent c’est du silence, comme une absence.

Parfois c’est mon introversion qui fait que les autres me perçoivent dans la fuite. J’ai besoin de réfléchir avant d’agir, avant de donner mon opinion. Et souvent ça va trop vite, répondre du tac au tac c’est pas moi… C’est frustrant mais c’est comme ça que je fonctionne. J’ai juste besoin de temps. Et quand je réfléchis, je le fais en silence, contrairement à d’autres qui réfléchissent à voix haute 😅 ! Du coup certains peuvent penser que je suis de marbre, ou que je n’en ai rien à faire ou que je prends tout de haut puisque je ne réagis pas de façon visible. A l’intérieur c’est agité pourtant.

Ils pensent que je suis flegmatique, que le stress ambiant ne m’impacte pas. Je comprends bien que je peux être perçu.e comme vivant sur une autre planète. Ils pensent que je suis d’humeur égale. Ok, c’est déconcertant pour certains, surtout pour ceux qui s’agitent.

 

La dissimulation combinée à la prise en compte de l’autre donne la manipulation. Faisons tout de suite une différence entre la manipulation et l’influence. La principale différence entre les deux est le bénéficiaire ! Dans la manipulation, le manipulateur cache une partie des données pour obtenir quelque chose qu’il n’obtiendrait sans doute pas s’il jouait franc jeu. Il est le bénéficiaire. Dans l’influence, le bénéficiaire n’est pas l’influenceur. S’il a un bénéfice c’est de l’ordre du gagnant gagnant. Attention, la manipulation commence le plus souvent par de la séduction. Par la séduction le manipulateur se fait proche, utilise son charme pour obtenir ce qu’il veut. La manipulation est parfois liée à un manque de confiance en soi. Le manipulateur pense qu’il n’obtiendra rien autrement. Parce qu’il ne le mérite pas.

Attention : la manipulation peut prendre beaucoup de forme mais elle est toujours la porte d’entrée, plus ou moins subtile, du harcèlement. C’est parce qu’il s’est fait proche qu’il a perçu le point faible de sa victime. Point faible avec lequel il va jouer, encore et encore.

Parfois c’est simplement que tu as oublié de communiquer une information. Et bam, tu es perçu.e dans la manipulation. Ça arrive d’oublier, surtout si pour toi c’est tellement évident !  La meilleure façon c’est de faire une check liste, quitte à se répéter. Si tu te rends compte qu’il y a comme un malaise, dis-le et clarifie les choses. Dans tous les cas demande un accusé de réception : « c’est OK pour vous ? vous avez des questions ? des points à éclaircir ? »

 

 

Tu vois, il y a ce que tu fais, ce que tu es (introverti/extraverti) et ce qu’est l’autre. Il y a les humeurs de chacun, la confiance en soi de chacun. Tout ça influence les comportements et la perception de ces comportements.

Et l’assertivité alors ?

L’assertivité est un comportement qui combine la franchise et l’ouverture aux autres, et qui n’est ni agressivité, ni fuite, ni manipulation. C’est une façon d’être à soi et aux autres, authentique et claire.

L’assertivité est une compétence à développer.

Quand on fait le test de Gordon qui mesure la récurrence avec laquelle nous « utilisons » ces comportements, on observe que nous les utilisons tous les 4 comportements. Nous nous promenons tous dans les 4 quadrants. Comme tous les tests, l’état d’esprit avec lequel nous répondons biaise un peu les résultats. Mais les résultats donnent notre tendance.

Et la question n’est pas de savoir si « c’est bien » ou si « c’est mal », les questions sont « est-ce que c’est le comportement que je veux ? », « est-ce que j’aime les impacts de mon comportement ? », « est-ce que je préfèrerais faire autrement ? »

Si la réponse est oui, je préfèrerais un autre comportement, je peux m’engager dans l’assertivité, résolument. Pour prendre ma place, juste ma place et rien que ma place.

Ce qui fait toute la force de l’assertivité c’est qu’elle induit la réciprocité.

L’assertivité est respect de mes droits et de ceux des autres :

Droit d’aimer ou de ne pas aimer

Droit de dire OUI, droit de dire NON

Droit de savoir, droit de ne pas savoir

Droit d’être d’accord, droit de ne pas être d’accord

La pratique de l’assertivité responsabilise ! Puisque je peux exprimer mon point de vue sans anxiété, sans peur, librement, j’en suis seul.e responsable.

L’effet Kiss cool de l’assertivité est que plus je suis à ma place, ni plus ni moins, plus les personnes de mon entourage pourront elles aussi prendre leurs justes places.

 

 

Ce qui peut freiner l’assertivité ?

Mes peurs, peur du conflit, peur d’être jugé.e, de ramer à contrecourant, de me singulariser, de me sentir isolé.e. Peur d’être exclu.e du collectif, peur de ne pas être aimé.e.

Mes peurs me poussent parfois à des compromissions…

En prendre conscience c’est déjà un premier pas. Prendre conscience que la personne avec laquelle je ne suis pas assertif.ve c’est souvent moi-même. Je me fais des films ! Je m’arrange avec moi-même…

S’engager vers plus d’assertivité c’est s’engager vers plus de liberté intérieure.

Si ça te dis d’en parler n’hésite pas à prendre un rendez-vous, ce sera avec plaisir.

N’hésite pas à me laisser un commentaire et à me dire ce qui t’a plu ou aidé, OK ? ça m’aide aussi !

Chaleureusement,

Donatienne

Donatienne Del Cos

Coach et formatrice, experte en régulation du stress et des émotions, Donatienne vous aide à développer une posture stable et confiante et à renouer avec votre vitalité. En milieu professionnel elle intervient auprès des dirigeants et des managers sur la communication interpersonnelle et la cohésion, la gestion de conflits et bien sûr, la régulation émotionnelle.

Articles similaires

Vous pourriez aimer

ILS ONT AIMÉ L'ARTICLE

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

COOKIE :