6 leviers du bien-être au travail

25 Avr 2022

Le bien-être au travail c’est primordial, qui oserait dire le contraire ?

Il fait l’objet de nombreuses études et recherches. Il est associé à la QVT, qualité de vie au travail. Il est aussi associé à la performance des entreprises.

Plus les collaborateurs se sentent bien au travail plus l’entreprise est performante, innovante, réactive et en mesure de faire face aux nombreux défis.

 

 

 

La difficulté est qu’il s’agit d’une appréciation subjective et individuelle de différents facteurs, qui eux sont objectivables.

En voici quelques-uns :

  • Autonomie
  • Responsabilité
  • Droit à l’erreur
  • Qualité du management
  • Esprit de coopération

 

Le bien-être au travail : un équilibre fragile et instable

Il est conditionné par ce que je perçois de la mission (enjeux, délais, niveau de difficulté,…), de l’objectif à atteindre et ce que je perçois de mes propres ressources pour réaliser la mission, atteindre l’objectif (Energie, compétences, aptitudes, expériences, réseau, soutien, confiance en soi, moyens techno, …).

Equilibre ou déséquilibre ?

Si mes ressources sont bien au-delà de ce qui est nécessaire pour assurer ce qui m’est demandé je risque de m’ennuyer, voire de sombrer dans le bore-out.

Si mes ressources sont en deçà de ce qui est nécessaire pour assurer ce qui m’est demandé, c’est le burn-out qui me guette.

 

Paramétrer la hauteur de la marche en fonction des ressources, au risque de se limiter ?

Paramétrer les ressources en fonction de la hauteur de la marche ? Encore faut-il avoir des ressources disponibles !

Les 6 leviers

1er levier : Le temps !

Apprendre à gérer et à optimiser son temps est précieux pour « avoir le temps ». Le temps, le manque de temps est perçu comme un des premiers facteurs de stress au travail. La mauvaise gestion du temps génère beaucoup d’insatisfaction et de frustration. La sensation de ne jamais aller « au bout », de ne pas avoir vraiment explorer le sujet, de survoler les dossiers en parant au plus pressé.

 

2ème levier : Les compétences

Les développer, en continue, comme un entrainement régulier plutôt que par des « à-coups ». Fini les séminaires de 3 jours desquels on ressort la tête farcie, sans avoir le temps d’expérimenter et d’analyser les changements. Des études récentes montrent que dans ce format intensif le stagiaire, 6 mois plus tard n’a retenu que 7% du contenu ! Au bout de 2 semaines on retient :

  • 10 % de ce qu’on a lu
  • 20 % entendu
  • 30 % vu
  • 50 % vu et entendu, ou démontré
  • 70 % en ayant participé à une discussion, ou donner une conférence
  • 90 % en ayant expérimenté ou vécu une situation

Alors OUI à la formation continue délivrée à doses homéopathiques pour laisser le temps d’expérimenter, de corriger, de recommencer et de s’approprier les nouveaux savoirs faire. Comme des mises à jour régulières. Cela nécessite de l’anticipation, de l’organisation et de faire de l’apprentissage permanent un nouvel état d’esprit. 2 heures toutes les 2 semaines ! Simple à mettre dans l’agenda, économique (à distance) car pas de frais de déplacement, et surtout très efficace.

 

3ème levier : Le soutien

Avoir un espace bienveillant dans lequel échanger, poser ses questions, oser dire ce qui est compliqué ou ne fonctionne tout simplement pas. Un espace ZERO jugement. Un espace de relecture des bonnes expériences pour capitaliser, faire émerger les stratégies de réussite et augmenter la confiance en soi.

Bref, un espace où l’on peut être soi, authentique et en croissance.

Le soutien n’est pas à la « charge » d’une seule personne ! Il est l’affaire de tous. Par la mise en place de groupes de co-développement, par une attention tournée solution/apprentissage/croissance plutôt que recherche de coupables. Par des animations de réunion qui laissent la place à l’expression des erreurs comme des réussites. Par du coaching individuel, en particulier quand les enjeux sont importants.

« Soit je réussis soit j’apprends ! »

 

4ème levier : Le développement personnel

Avoir des paramètres objectifs pour comprendre les différentes façons de fonctionner améliore la communication, les relations, la coopération, la complémentarité, la gestion des conflits et la gestion des changements !

Les différences de perception sont mieux comprises et acceptées, les besoins différents ont leur place et sont mieux pris en compte. La recherche d’amélioration est contextualisée aux spécificités des acteurs. Le sentiment de compréhension mutuelle et de respect augmente améliorant le sentiment de bien-être !

 

5ème levier : La gestion du stress et des émotions.

Formidables moteurs et aussi puissants freins !

Chacun est responsable de ses propres émotions. En prendre conscience, apprendre à les identifier et à les réguler est un facteur de responsabilisation individuelle ! Le bien-être au travail ne tombe pas du ciel. Chaque individu est l’acteur principal de son propre bien-être au travail. Donner les clés de la régulation émotionnelle à chacun permet de sortir du victime/bourreau/sauveur dramatique, permet la prise de recul.

Apprendre à se défaire des peurs suscitées par le changement, les incertitudes, les challenges, est un booster de croissance puissant. Pensez à tout ce qui pourrait être fait s’il y avait moins de résistance ! Plus d’audace, plus de tests, plus d’expérimentation et potentiellement plus d’activité, d’innovation et de croissance.

 

6ème levier : La formation en management

Trop souvent les bons éléments quittent l’entreprise à cause d’un management défectueux. Trop souvent les managers sont nommés par reconnaissance de leur ancienneté ou de leurs compétences techniques. Rarement parce qu’ils sont formés au management et/ou ont démontré un talent particulier pour être manager.

Le management c’est comme faire du vélo ! Ce n’est pas inné, ça s’apprend.

Bien sûr la connaissance de la mécanique du vélo peut aider mais elles ne font pas la performance.

Comprendre le terrain, adapter sa vitesse en fonction des obstacles, être capable de passer devant ou au contraire faire le rabatteur, le tout en gardant la bonne trajectoire. Être capable d’accélération et maîtriser le freinage. Être capable de réguler son stress et d’en faire un atout plutôt qu’un frein. Tout cela s’apprend !

On demande beaucoup aux managers, il est nécessaire de leur donner beaucoup. Fini le management toxique. Vive le bien-être au travail 😊

Pas d’opposition !

Bien sûr, tous les leviers peuvent être actionné de façon simultanée !

L’important est de commencer par l’un ou l’autre en fonction du contexte.

Mon expérience est que tous fonctionnent, tous ensemble ou séparément. Ils sont complémentaires.

 

Vous cherchez une solution tout en 1 ?

Vous pouvez regarder ici.

 

Ne rien faire c’est prendre le risque que le bien-être au travail ne soit qu’un rêve … C’est prendre le risque de perdre de bons éléments.

C’est prendre le risque de voir la marque employeur se dégrader.

Alors ?

Vous voulez qu’on en discute ? C’est par ici, c’est sans engagement.

Chaleureusement,

 

Donatienne Del Cos

Coach et formatrice, experte en régulation du stress et des émotions, Donatienne vous aide à développer une posture stable et confiante et à renouer avec votre vitalité. En milieu professionnel elle intervient auprès des dirigeants et des managers sur la communication interpersonnelle et la cohésion, la gestion de conflits et bien sûr, la régulation émotionnelle.

Articles similaires

Vous pourriez aimer

ILS ONT AIMÉ L'ARTICLE

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

COOKIE :